Sunday, October 2, 2022

Les petits oursons d’Haribo fetent leur centième anniversaire

Le géant allemand de la confiserie fête le centième anniversaire de ses “Ours d’or”, born in 1922. C’est aujourd’hui la première marque du groupe.

Des petits oursons desormais centenaires. Haribo celebrates the centième anniversaire de ses célèbres bonbons “Ours d’or”, Goldbären in original German version, born in 1922. An indissociable product of the Haribo brand: pas moins de 160 million d’oursons sortent chaque jour des lignes de production du géant allemand de la confiserie. C’est aujourd’hui, de loin, la première référence du groupe au niveau mondial, pour qui elle près d’un tiers du chiffre d’affaires.

Ces oursons gélifiés sont presque aussi vieux que l’entreprise elle-même. Hans Riegel, who founded Haribo in 1920, avait besoin d’un produit vedette. Contrairement aux habitudes de l’époque, he decides to donner une form à son bonbon: il choisit l’ours et le nomme Tanzbar, “ours dansant”, s’inspirant de ces populaires spectacles en Allemagne jusqu’au début du XXe siècle. You TanzbarI made avec de la gomme arabique et non de la gélatine comme aujourd’hui, reçoit ses couleurs et ses arômes la même année.

A sachet of Goldbären sold in Germany in 1961.
A sachet of Goldbären sold in Germany in 1961. © Haribo

Vendu à l’unité, il connaît a notable succès dans un country ravagé por l’inflation. Après-guerre, lorsque les fils d’Hans Riegel reprennent l’entreprise, il connaît une seconde jeunesse. C’est dans les années 1960 que est veritably created le bonbon tel qu’on le connaît aujourd’hui. Le sachet replaces the boîte in fer blanc pour s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation. You Tanzbar I’m renamed Goldbären. Produit désormais en masse, il quitte sa terre natale pour s’exporter un peu partout en Europe

Relooking des années 1960

Surtout, c’est un relooking complet: l’ourson devient plus petit, plus rond, plus coloré. “This is a coup de génie marketing”, assures Jean-Philippe André, president of Haribo France, pour qui l’ourson a “accompagné le développement du groupe”. La recipe a peu évolué depuis cette époque-là, mais elle s’adapte aux clients: les dimensions ne bougent pas (10 millimètres de la grande sur 23 millimètres de haut pour 2.3 grammes exactement) mais le goût, la couleur ou la texture peuvent varier d’un country à l’autre.

“La texture du bonbon est plus ferme en Germany, et plus souple en France, en Italie ou en Espagne, sous le même packaging”, explains Jean-Philippe André, who precisely qu’on ne retrouve que cinq goûts différents, au lieu de six habituellement, dans certains pays.

Haribo compte sur l’anniversaire de son produit phare pour lui redonner un coup de projecteur. Outre a new publicity campaign on television, a limited edition with jus de fruits devrait prochainement débarquer dans les supermarchés français pour surfer sur la vague de la naturalité, comme le font d’autres marques de confiserie. “C’est un test grandeur nature sur ce produit pour observe la réaction des clients dans les magasins”, notes Jean-Philippe André.

Tagada, Schtroumpfs et Dragibus

Car, contrairement à d’autres pays comme les États-Unis, où les oursons représentent 80% de ventes du groupe, la concurrence es rude dans l’Hexagone au sein même du portefeuille Haribo, which weighs 43% in valeur du marché tricolore de the Confiserie of Sucre. Les Français préfèrent les Tagada, Schtroumpfs, Dragibus et other crocodiles: pour chaque kilogramme de goldbears vendus, Haribo écoule à peu près cinq kilogrammes de Dragibus. Il ya encore de l’espace pour les oursons.

Jeremy Bruno Journalist BFMTV

Latest news
Related news

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here